Sauvons nos Enseignants !

De tous les employés, les enseignants sont ceux qui travaillent le plus...

Certains les considèrent comme des fonctionnaires grassement payés et les utilisent pour se décharger de leurs responsabilités de parents. D’autres n’ont tout simplement aucune compassion pour l’instituteur ou le professeur qui vit aujourd’hui une période très difficile (on parle de “Crise du métier d’enseignant” un peu partout). Les enseignants sont au contact quotidien avec nos enfants, sont parfois leurs amis, leurs confidents, et aussi pour certains les seuls liens avec l’apprentissage par manque de soutien à la maison. Quelle place occupent ils dans notre vie et comment pouvons nous les aider ? Après avoir observé le rythme de travail de plusieurs enseignants, j’ai voulu faire des recherches sur ce métier que je juge essentiel pour nos enfants et notre société. Et je suis tombé de haut! Explications…

IMAGINEZ VOUS devoir travailler 8 heures par jour DEBOUT, puis 3 à 4 heures DE PLUS chez vous le soir… Si les employeurs venaient à l’imposer à leurs salariés, ce serait la grève générale assurée dans l’ensemble du pays ! Imaginez qu’en plus vos moyens soient diminués d’une décennie à l’autre (moins de revenus, moins d’avantages, …). Vous feriez une dépression ! Et enfin, imaginez que ceux que vous servez (élèves et parents) finissent par vous détester, ils vous reprochent leurs échecs et en arrivent parfois à des confrontations physiques… Pourriez supporter cette situation 5, 10, 20, 30 ans ? Je parie que non. C’est pourtant ce que vivent des milliers d’enseignants qui mériteraient que chaque matin vous leur disiez “Merci pour ce que tu fais pour nos enfants !”.

Remerciez chaque enseignant que vous croisez pour le service qu’il rend à notre société !

Etre enseignant aujourd’hui, c’est avant tout avoir une intelligence émotionnelle. Entendez pas là, savoir déceler les blessures intérieures de nos enfants, s’intéresser à leur état, connaître leurs valeurs et leur inculquer de meilleures, leur fixer des objectifs clairs, … L’intelligence émotionnelle est l’une des caractéristiques propres aux leaders

Les enseignants sont des leaders !

A chaque fois que je rencontre un enseignant, il me semble soit prêt à démissionner, soit coincé entre l’obligation d’accepter des conditions de travail très difficiles et la volonté de poursuivre son engagement à aider nos jeunes. Cet investissement a pour l’enseignant un coût inestimable : il doit payer de sa santé et de son temps.

A l’annonce du retrait de l’ITR, tous sont condamnés à gagner moins que leurs prédécesseurs et même les congés administratifs ont été remis en question par l’Etat qui connaît des difficultés financières sans précédent.

Pas de plus de stress qu’ailleurs mais en première ligne des problèmes de société…

Les études montrent que le métier d’enseignant n’est pas plus stressant que d’autres.  Par contre les enseignants sont en première ligne des problèmes de société. Si vous avez entendu parler de crise politique, sociale ou économique, les enseignants y sont confrontés tous les jours en étant plongés au coeur de la vie des familles. Pour l’élève qui ne reçoit d’accompagnement à la maison, l’enseignant est le seul lien avec l’apprentissage. Pourrait on dire que nos enseignants connaissent mieux nos enfants que nous ? C’est potentiellement un second parent, un ami, un confident, … Force est de constater que ce métier essentiel et difficile manque de reconnaissance !

Aucun employé salarié ne travaille plus qu’un enseignant…

Si l’on vient à cumuler les 10 à 13 heures d’implication journalière, le salaire de l’enseignant parait bien misérable, sans compter les complications de santé auxquelles il est exposé. Et je ne parle pas de pénibilité, mais bien de durée de travail. Certes il bénéficie de plus de congés que le salarié moyen, mais est-ce vraiment des congés ? Je parlerais plutôt de convalescence !

En France, 40% des sondés déclarent avoir des problèmes de santé dont 70% directement associé à leur emploi. Leurs origines ? Pour 63% ce serait dû aux conditions de travail, pour 15% à la durée de leur travail, et pour 22% le poids des responsabilités.

Aux Etats-Unis 66% déclarent avec le sommeil difficile, et 70% fréquemment ressentent de grosses fatigues.

Avec la dégradation du climat social, l’état de santé des enseignants s’aggrave…

On parle de coup de blues parfois même de dépression. Une enquête réalisée pour le Sénat montre que l’enseignant :

  • est seul face à l’administration publique, de plus en plus autoritaire
  • se retrouve parfois seul face aux familles des élèves (sans le soutien de sa direction)
  • connaît une ambiance de travail défavorable (pour 75%)
  • 28% pensent souvent quitter l’éducation
  • 39% estiment ne pas avoir les compétences pour faire face aux comportements des élèves

Les élèves sont certainement moins motivés que les générations précédentes. En effet, sans un avenir serein et face aux chiffres du chômage en constante augmentation, qu’est ce qui pourrait motiver l’élève qui n’est pas soutenu à la maison, à poursuivre ses études ? On estime que le comportement irrespectueux, parfois même violent de certains étudiants, est directement lié à ses difficultés à suivre le programme scolaire. Sa détresse intérieure fini toujours par exploser. La faute aux enseignants ? Certainement pas !

La société évolue plus vite que les programmes éducatifs…

Beaucoup diront que la réponse apportées par l’éducation nationale aux besoins de nos enfants est dépassée. L’enseignant doit donc seul, innover, inventer, trouver les solutions et payer de sa personne. Mais malgré ses efforts, on relèvera une baisse générale des performances des élèves (plus en Outre Mer qu’en Métropole).

Une autre enquête réalisée auprès de 5000 enseignants montre que :

14% des enseignants ont connu un “burn out” !!

Alors comment améliorer cette situation ? Voici quelques réponses apportées par certaines études :

  • Une autonomie décisionnelle pour réduire son stress
  • De meilleurs salaires
  • Une meilleure reconnaissance (statut social) -> meilleure estime de son métier
  • Une meilleure qualité relationnelle entre collègues (partage de pratiques)
  • Une plus grande implication de la Direction : soutien lors des conflits avec les parents
  • Un meilleur suivi médical
  • Des moyens financiers et matériels
  • Moins d’heures de préparation (heures supplémentaires)

Peut on réellement s’attendre à une amélioration des conditions de travail de l’enseignant ?

Pour y répondre, il faut d’abord s’intéresser aux finances du principal pourvoyeur de fonds : l’Etat. Avec 2,2 trillions d’euros de dettes, soit +2665 euros chaque seconde, on ne peut pas espérer sérieusement pouvoir obtenir plus de considération et de moyens de la part des institutions !

Et même pour ceux qui souhaitent profiter d’une “bonne” retraite, la sécurité sociale, la CPS ou encore la CAFAT sont en déficit…

La retraite est devenue un mirage !

L’évolution sociale et économique de nos îles s’est accompagnée d’une dégradation de nos conditions de vie ces dernières années. Il n’y a aucune politique de natalité susceptible d’alléger nos charges générales, et s’il y en avait une, on en verrait les effets bénéfiques dans minimum 20 ans !

Et donc parce que le système n’évoluera malheureusement pas dans le bon sens, il ne reste finalement que 2 choix possibles qu’on est enseignant :

  1. Laisser faire et continuer de subir : c’est la solution la plus difficile à long terme
  2. Changer de vie… mais cette solution nécessite que l’enseignant accepte de travailler moins !!!

Pour passer à autre chose, l’enseignant doit accepter de travailler moins…

Imaginez ce que l’enseignant serait capable de faire s’il développait la même énergie dans une fonction différente (en tant que salarié), ou encore à la tête de sa petite entreprise ? Ce qui est certain c’est que quelle que soit l´activité qu’il choisira, il y passera moins de temps.

Si vous quittez votre poste d’enseignant :

  • Vous travaillerez moins qu’aujourd’hui
  • Vous gagnerez plus d’argent si vous lancez votre entreprise (mais attention : démarrer une nouvelle activité professionnelle nécessite l’acquisition de nouvelles compétences)
  • Vous pourrez passer plus de temps en famille
  • Vous prendrez vos vacances lorsque bon vous semble
  • Vous serez en meilleur santé parce que plus exposé aux problèmes de société.

Mais alors que deviendront vos élèves ?

Rassurez vous, personne n’est irremplaçable et vos élèves s’habitueront à votre absence. D’ailleurs ils changent déjà d’enseignant d’une année à l’autre…

Alors, Mesdames et Messieurs les Enseignants, merci pour ce que vous faîtes !

Mais si vous vous reconnaissez dans ce que je décris plus haut, il serait peut être temps de penser à faire autre chose…

Pour échanger plus longuement sur votre reconversion, participez à mon prochain séminaire le 4 novembre à l’ISEPP à Papeete.

Plus d’informations ici : http://www.business-maker-academy.com/participez-au-seminaire-bmp-4-nov-2017

 

Mauruuru roa !

Steeve HAMBLIN

ABONNEZ-VOUS !

ABONNEZ-VOUS !

Restez connecté à mes partages et recevez la "Pensée du jour" chaque matin. C'est une citation motivante d'une personnalité publique qui a marqué son temps. Gratuit!

You have Successfully Subscribed!